Dimanche 20 avr
fév
22/11
Kinopolska célèbre Solidarnosc
Mise à jour le Mercredi 29 juin
Ecrit par Sylvain Ortega

Vent de liberté sur le cinéma polonais

Du 17 au 20 février s’est déroulé au Comoedia la version lyonnaise de Kinopolska, festival dédié au jeune cinéma polonais, organisé par le Consulat Général de Pologne à Lyon et l’institut polonais de Paris.

Le Comoedia a proposé au public lyonnais un festival de cinéma polonais jeune et exigeant. Une programmation haute en couleurs qui célébrait cette année l’anniversaire des 30 ans de Solidarnosc, mouvement syndical polonais mené par l’électricien à moustache Lech Walesa. A travers 6 films de qualité, déjà récompensés en Pologne et à travers le monde, Kinopolska a offert aux spectateurs l’occasion d’aborder un cinéma parfois méconnu, pourtant extrêmement riche et novateur. Nous retiendrons tout particulièrement l’excellent Les tribulations d’une amoureuse sous Staline de Borys Lankosz ainsi que Mère Teresa des chats, troublante et formidable réalisation de Pawel Sala. N’oublions pas Beats of Freedom de Wojciech Slota et Leszek Gnoinski, Ma chaire, mon sang de Marcin Wrona et enfin Zero de Pawel Borowski.

Avant-première de All that I love

L’ouverture du festival s’est tenue jeudi 17 février avec la projection inaugurale en avant-première du film All that I love, en présence du réalisateur Jacek Borcuch et de l’actrice Olga Frycz. Troisième film de ce jeune metteur en scène, All that I love est une petite pépite du cinéma polonais. Il a été récompensé à de nombreux festivals internationaux réputés pour la qualité et l’exigence de leur programmation, tels que Sundance (site du festival) ou Rotterdam, et a représenté la Pologne aux Oscars 2011. Si le film n’a pas franchi la dernière étape de sélection pour parvenir à être nominé à la prestigieuse cérémonie américaine, il reste néanmoins un joli petit bijou cinématographique, simple et touchant.

Synopsis : Pologne, 1981. En pleine effervescence syndicale menée tambours battants par le mouvement Solidarnosc, Janek, adolescent de 17 ans, crie ses passions et ses révoltes d’adolescents dans son micro. Leader de son groupe punk-rock, il tombe amoureux de la belle Basia. Mais entre les différends idéologiques qui opposent les deux familles et la répression qui s’intensifie avec le coup d’état militaire, les jeunes de Pologne vont devoir tenter de mener tant bien que mal leur vie d’adolescents faite de musique, de sexe et d’amour. No future !

L’innocence de la jeunesse en pleine tourmente politique

All that I love est un récit autobiographique qui raconte ces années où Solidarnosc se battait contre le totalitarisme pro-soviétique et la loi martiale instaurée par les militaires. Toute l’intelligence de Jacek Borcuch est d’avoir voulu que ce contexte historique et politique ne soit qu’une toile de fond pour le film. En effet, la grande Histoire torturée et complexe ne vient jamais réellement au premier plan, afin de laisser tout l’espace de liberté nécessaire à l’expression des espoirs, des rêves et des protestations propre aux adolescents. Certains pourront reprocher à All that I love de manquer d’aspérité et de ne finalement que dépeindre une jeunesse stéréotypée, entre amours contrariées et conflit parentaux, pourtant, ici à Free-landz nous pensons qu’il s’agit là de tout l’intérêt du film. Il puise sa force dans sa simplicité et son innocence. Jacek avoue avoir vécu les plus belles années de sa vie durant cette période difficile de l’Histoire polonaise. Il y a découvert la musique, l’amour, le sexe, la liberté.  Il se plaît à raconter l’anecdote de sa grand-mère, déportée en Allemagne durant la seconde guerre mondiale pour intégrer un camp de travail forcé. Elle avait comme habitude de raconter à son petit-fils qu’il s’agissait pourtant là de ses plus belles années. Si cette réflexion très peu politiquement correcte en surprendra plus d’un, il ne faut pas oublier qu’elle avait alors 17 ans et qu’elle y a rencontré l’homme de sa vie, le père de ses enfants. Cette petite histoire nous permet de comprendre l’enjeu principal du film : il faut que jeunesse se passe, peu importe où, quand et comment…

Un casting à couper le souffle

Mateusz Kosciukiewicz qui interprète le beau et désinvolte Janek apparaît ici comme une véritable révélation. A l’instar de son interprétation dans Mère Teresa des chats, Mateusz est sidérant. Lorsqu’il fixe la caméra, son regard déchire l’écran et vient nous transpercer directement. L’intensité et la simplicité de son jeu font de lui un acteur à suivre de très près. On notera qu’il interprète lui-même les chansons punk du film et sa performance en devient d’autant plus remarquable. Il hurle une rage puissante et vindicative sur des sons saturés avec une sincérité poignante. Le rôle de Janek lui va comme un gant et lui permet de déployer toute une kyrielle d’émotions brutes, sauvages et intenses. N’oublions surtout pas la mention toute spéciale attribuée à l’incroyable Andrzej Chyra, le père de Janek, militaire contrarié par ses idéaux libertaires, qui nous a particulièrement ému lors d’une scène déchirante avec son fils, où les non-dits prennent tous leurs sens. Olga Frycz, jeune actrice de 24 ans – on lui en donne 16 – est tout à fait émouvante dans le rôle de la belle introvertie amoureuse de Janek. Enfin, nous saluerons l’excellente prestation de Jakub Gierszal, meilleur ami de Janek, magnifique clopeur rockeur à la Sid Vicious. Phénoménal !

Alizée S.



25 commentaires
  1. Commentsfromageplus   |  Mercredi, 23 février 2011 à 16:02

    Encore une excellente initiative du Comœdia !
    Je suis allé voir « Beats of freedom », l’histoire du rock polonais dans les années 80. Eh bien je vous prie de croire que les rockers qui ont connu le communisme à l’œuvre ne sont pas près de revoter à gauche. Ils savaient concrètement pour quoi ils se battaient à l’époque de l’URSS : pour avoir simplement le droit de penser, pour dénoncer la pénurie générale de tous les biens de consommation [à commencer par la nourriture], pour dénoncer un système à la fois totalitaire, stupide et criminel, pour dénoncer une idéologie dégradante pour le genre humain, pour le droit d’être informé sans propagande, pour le droit de vivre indépendemment de l’œil et des chars de Moscou, bref, pour la LIBERTÉ.
    J’étais accompagné d’une connaissance franchement communist-friendly, et elle s’est pris une bonne claque dans la gueule en voyant des rockeurs s’élever contre le socialisme au risque de leur vie. Jubilatoire.

  2. CommentsAlizée S.   |  Mercredi, 23 février 2011 à 19:05

    Bonjour Fromageplus! (décidément, je ne me ferais jamais à ce pseudo…)
    Cela fait maintenant un moment que je lis vos commentaires sur Free-Landz ou ailleurs, ainsi que vos échanges virtuels avec Sylvain. Et je reste abasourdie par tant de culture, d’intelligence, de perspicacité et de vocabulaire mis au service de tels propos.
    Votre commentaire ici en est un exemple typique: ce que vous dites est parfaitement exact, totalement intéressant et extrêmement juste (selon moi bien sûr). Je suis même plus que d’accord avec vous. En revanche, comment pouvez vous faire des raccourcis si simplistes et si grossiers. Nous parlons là d’un contexte social, historique, géographique, économique et politique tout à fait particulier. Et vous, vous n’hésitez pas à mettre tout ce qui est de gauche dans le même panier!
    Les choses changent! Être pro-communiste aujourd’hui, ne signifie plus être pro-soviétique! La définition « être de gauche », « être communiste » n’est pas univoque et peut prendre les faces les plus sombres.
    Si je peux me permettre un conseil: ne mettez pas tous vos oeufs dans le même panier…
    car ça va finir par devenir vraiment du gâchis!
    En tout cas, nous serons d’accord sur un point: Bravo le Comoedia pour ces belles initiatives!
    PS: votre connaissance « communist-friendly » ne doit décidément pas bien connaître son histoire…et ne doit pas bien savoir ce que sont les communismes d’hier et d’aujourd’hui…

  3. Commentsfromageplus   |  Jeudi, 24 février 2011 à 01:32

    Chère Alizée,
    Eh bien, vous me couvrez de compliments ! Bon, mais pour répondre à votre question, voici ce que j’ai observé : tous, absolument TOUS les régimes communistes de la planète sans exception, ont, dès leur prise de pouvoir, immédiatement mis en œuvre le massacre, la famine, le camp d’extermination, la désinformation d’État, la délation permanente des uns par les autres, etc., le tout cumulant les millions de morts en « temps de paix » à des taux inédits dans toute l’histoire de l’humanité.
    -Khmers rouges au Cambodge [les jolies colonies de vacances au Camp S21, les souvenirs merveilleux du Camp 113, la bonne bouille de ce sacré déconneur de Pol Pot].
    -Soviétiques sur l’immense emprise du continent eurasien [la Kolyma, ses paysages pittoresques, ses croisières typiques à bord du Djourma ; la riante opération de "russification" des territoires occupés – on ne parle jamais de l'extermination des juifs qui a été menée en Pologne sur ordre de Lénine – ; l'opération-famine en Ukraine ; la mer d'Aral et Tchernobyl qui témoignent de l'excellente gestion économique socialiste ; etc.].
    -Gloire du régime de Castro à Cuba, où l’existence de camps de déportation est toujours d’actualité. Heureusement qu’on est sous les tropiques : le tourisme retarde un naufrage économique, social et politique inexorable.
    -Gloire éternelle de la Corée du Nord, véritable secte géante où tout le monde crève de faim quand ce n’est pas d’épuisement dans un camp ou d’une balle dans la tête.
    -Lumière éternelle de la RDA. Il fallut ériger un mur empêcher les gens de gagner Berlin-Est tellement le socialisme leur faisait envie.
    -Révolution culturelle chinoise, qui aujourd’hui encore fait disparaître chaque année des milliers de gens dans des fourgons de police, et qui ne donnent plus de signe de vie. Ah si, le régime envoie la facture de la balle à la famille du fusillé. Véridique. Ne parlons pas de la presse, d’internet, de l’endoctrinement général des Chinois.
    -Etc., etc., …
    +++
    Lu sur un blog aujourd’hui :
    « Le parti fondé par Gbagbo est membre de l’internationale socialiste (eh oui !)
    Le parti fondé par Ben Ali est membre de l’internationale socialiste (eh oui !)
    Hosni Moubarak est membre de l’Internationale socialiste (eh oui !)
    Ségolène Royal est Vice-présidente de l’internationale socialiste (eh oui !)
    Lionel Jospin et Pierre Maurice (conseiller politique de Martine Aubry) sont présidents d’honneur de l’internationale socialiste (eh oui !)
    Huit personnalités du PS ont soutenu Gbagbo sur place, dont l’inénarrable Roland Dumas et avant lui Jack Lang
    Dominique Strauss-Kahn a été décoré Grand officier de la République Tunisienne par Ben Ali le 18 novembre 2008 (eh oui !) »

  4. CommentsSylvain Ortega   |  Jeudi, 24 février 2011 à 09:55

    Quel point de vue simpliste Fromage Plus! On se croirait du temps de la Guerre Froide! Tous vos exemples sont tellement caricaturaux. Remettez dans le contexte et vous verrez que tous ces pays ont été harcelés par les États-Unis (regardez cette vidéo de Mélenchon sur Cuba: http://www.youtube.com/watch?v=Smzyv0CNjgo) Et puis j’aurais 100 exemples de régimes royalistes, nationalistes, religieux ou autres, qui ne sont pas socialistes et qui sont gouvernés par des tyrans!

    Enfin, comme le dit Alizée, le monde a bien changé depuis la fin de l’URSS. Et les déportations ne sont plus aux programmes de la gauche!

  5. Commentsfromageplus   |  Jeudi, 24 février 2011 à 12:19

    Sylvain,
    Vous avez raison, il faut parler du bilan positif du communisme. Technologiquement, ce fut un énorme succès. Le magnétoscope, la télé couleur, la recherche scientifique, la médecine, tout cela a fait un prodigieux bon en avant dans les pays communistes. La Trabant était un modèle de performance et de sécurité au volant.
    Socialement, ce fut un succès également. Le programme égalitaire a été mené à bien : tout le monde était pauvre, mal logé, désinformé, et sous surveillance policière. Évidemment, être membre du Parti [unique, sinon c'est pas drôle] pouvait vous faire accéder à des privilèges dignes de l’aristocratie la plus dure qui soit, au mépris de l’égalité mais c’est pas grave.
    Artistiquement, la révolution a été révolutionnaire. Les livres d’histoire de l’art sont pleins à craquer de références soviétiques. Andy Warhol, Jackson Pollock, tous les grands penseurs de la révolution esthétique du XXème siècle vivaient en URSS et Brejnev était un grand fan de pop art et d’expérimentation électro. Sur 100 chefs d’œuvres du cinéma mondial, au moins 90% sont issus du monde soviétique. Pas du tout de Hollywood, qui ne produisait que de la merde capitaliste dégénérée. Quand aux révolutions musicales du XXèmes siècles [rock, funk, jazz, électro, pop, metal,...], elles ont eu cours à l’Académie Révolutionnaire de Moscou.
    Ah, j’oubliais l’architecture et l’urbanisme socialistes ! Joie des ensembles collectivistes en béton ! Radieux horizons sur la ville moderne. Tout le monde rêve d’y habiter.
    Le socialisme, globalement, est un immense succès. On l’a bien vu en 1989 : des millions de gens se sont précipités vers l’Est pour rejoindre cet eldorado. Ils ont tous fui Berlin Ouest pour aller à Berlin Est tellement ça avait l’air génial de vivre immergé dans le socialisme.
    +++
    Sylvain, ne confondez pas la tyrannie de droite et la tyrannie de gauche : la tyrannie de droite enferme les ennemis du Pouvoir et menace de prison les dissidents ou les fusille. La tyrannie de gauche fait directement vivre tout le monde dans une prison à ciel ouvert et travaille à convaincre tout le monde que cette prison est un paradis. Ceux qui ne sont pas convaincus que c’est un paradis finissent en Sibérie.
    D’autre part, mon commentaire précédent n’est pas « simpliste » : il repose sur des faits, que vous le vouliez ou non. Et ces faits ont encore cours aujour’hui dans de nombreux pays. Mais je caricature, n’est-ce pas.
    +++
    Ahhhh les méchants zamérikins. Toujours eux. Ils sont vraiment très méchants. Bouh. Vilains. Seulement voilà : l’Amérique, malgré tous ses défauts, sait très bien s’en sortir toute seule ; ses citoyens sont parmi les plus libres du monde et en moyenne parmi les plus riches du monde. Même un redneck pouilleux possède sa bagnole et sa bicoque, parce qu’on ne rigole pas avec la propriété privée. La bagnole est pourrie et la bicoque une ruine, mais au moins il a SA bagnole et SA bicoque, il est maître chez lui. Un redneck pouilleux, au moins, se sent libre et protégé dans son bon droit. Les citoyens des pays socialistes ont une fâcheuse tendance à voir tout ce qui existe nationalisé, si bien que tout le monde se sent à la merci de l’État en permanence, qui peut vous confisquer quand il veut le peu qui vous reste. Le gangstérisme d’État, voilà ce qui se passe dans un pays socialiste. Les pays socialistes sont en permanence en train de quémander l’aide humanitaire aux pays riches, parce qu’ils sont infoutus de générer par eux-mêmes la prospérité de leur peuple. Mettez des vilains capitalistes au pouvoir à Cuba, dans dix ans c’est un pays libre et prospère, malgré les innombrables défauts inhérents au capitalisme. Pourquoi la Chine est aujourd’hui en phase de prospérité ? Parce qu’elle a décidé de mettre de l’eau dans son vin et de convertir son économie au capitalisme mondialisé des affreux zamérikins. Si elle revenait à l’économie socialiste, elle retournerait aussitôt à la misère. Ça se passe en 2011, hein. Maintenant. Pas pendant la guerre froide.

  6. CommentsSylvain Ortega   |  Jeudi, 24 février 2011 à 17:49

    Le problème, c’est la pauvreté qui entraine la corruption et la dictature, quel que soit le régime dans lequel on se trouve.

    La Russie, le Cambodge, Cuba, la Corée du Nord… vous croyez franchement que de pays si pauvres, allaient émerger des progrès scientifiques ou artistiques qui allaient influencer le monde entier?

    Ces pays, malgré leur pauvreté, ont des cultures merveilleuses: culture de musicale, picturale ou poétique de Cuba, culture cinématographique d’avant garde en Russie, par exemple…

    Il est facile de coller le mot communisme sur un régime. Et ça donne confiance au peuple, qui se fait d’autant mieux avoir. On peut dire n’importe quoi, prendre n’importe quel nom pour assurer la domination (la Chine se dit toujours communiste, la Libye se dit démocratique…).

    Si pour vous les États-Unis sont un jardin d’Éden, ou tout le monde est libre et possède sa petite maison, c’est alors que vous vivez sur une autre planète, surtout depuis la crise économique où des banquiers sont venus s’emparer des maisons de la classe moyenne sur-endettée à cause des jeux à bourse de Wall Street. Et puis votre exemple magnifique que sont les States sont bordés par des barbelés au sud et à l’intérieur sévi l’inégalité la plus cruelle, propre à tous les pays capitalistes.

    Nous ne défendons pas les pays communistes, mais il faut considérer les expériences politiques de ces pays comme des laboratoires desquels on peut tirer des leçons. Lisez bien les programmes de la gauche et vous verrez que dans les pays riches, il n’y aura pas besoin d’épuration.

    Mais tiens, quand je lis les programmes de la droite, du FN et de l’UMP, je constate qu’ils veulent déporter des centaines de milliers d’individus vers l’étranger à cause de leur couleur de peau et de leur pays d’origine… Vous essayez de masquer la réalité avec vos exemples et votre rhétorique, mais la réalité aujourd’hui, c’est que ce sont les politiques de droite qui mènent le monde droit dans le mur (et on pourrait aussi parler d’écologie…).

  7. CommentsAlizée S.   |  Jeudi, 24 février 2011 à 18:37

    Je suis entièrement d’accord avec ce que dit Sylvain, et je crois même qu’il le dit mieux que moi…
    FromagePlus, je vais être obligée de finir par retirer mes compliments… Je n’aime pas du tout votre ton ironique, sarcastique, ultra simpliste et réducteur, totalement ethnocentré, brandissant le capitalisme comme sauveur de l’Humanité… C’est ridicule…
    Les Etats-unis s’en sortent tout seul… Pfffff… Pays créé sur un génocide, qui s’est construit avec le plus grand réseau d’esclavagisme qu’il n’y ait jamais eu… La peine de mort, la vente d’armes… Ils sont dans toutes les guerres… Ils ne protègent pas leurs malades…C’est sûr, quel bel exemple!! Les homos dans l’armée sont détruits…aaah la liberté américaine!
    Bref, c’est le pays des extrêmes et des paradoxes…

    Tout ça n’a ni queue ni tête…

    Vous parlez des cultures majoritaires… Finalement vous vous bercez par ce qu’on vous montre comme exemple… Warhol, Pollock, rock, jazz… Bien sûr c’est magnifique mais c’est renier tout le reste… qui se fait dans des pays pauvres, où les priorités sont de manger… Et qui parviennent à créer des oeuvres incroyables, mais pas connues, car pas commercialisées par notre grand sauveur américain, qui nous berce à coup de Mickey, de MacDo, de bombe atomique, de guerre en Irak…

    Qu’est-ce que vous êtes condescendant, plein de dédain…

    « Les livres d’histoire de l’art sont pleins à craquer de références soviétiques. Tous les grands penseurs de la révolution esthétique du XXème siècle vivaient en URSS … Sur 100 chefs d’œuvres du cinéma mondial, au moins 90% sont issus du monde soviétique. »

    MAIS OUI !!! vous n’y connaissez vraiment rien en fait…

  8. Commentsfromageplus   |  Vendredi, 25 février 2011 à 01:11

    Sylvain, Alizée,
    Soit. Laissons de côté mes sarcasmes et mon américanophilie du moment, et parlons un peu sérieusement.
    Vous écrivez « La Russie, le Cambodge, Cuba, la Corée du Nord… vous croyez franchement que de pays si pauvres, allaient émerger des progrès scientifiques ou artistiques qui allaient influencer le monde entier ? »
    Question : pourquoi Cuba ou la Corée du Nord sont-ils pauvres ? À quelques kilomètres de Cuba il y a les riches États-Unis, et la moitié Sud de la Corée est à la pointe de la conquête technologique et vit très confortablement. Mon cher Sylvain, la pauvreté ne tombe pas du ciel, comme une malédiction qui frappe au hasard. Un pays n’est pas riche par la seule grâce de la Providence, mon ami. La richesse d’un pays est proportionnelle à la faculté qu’ont ses habitants à le mettre en valeur, c’est le principe le plus élémentaire de l’économie ! Tenez, il y a quelques années les Palestiniens ont fait un appel au boycott des oranges israéliennes, pour des raisons diplomatiques dont je me fous complètement. Néanmoins il faut considérer ce fait : les Palestiniens ont appelé au boycott d’oranges, mais eux-mêmes n’ont JAMAIS été foutu de planter des orangeraies, de créer des réseaux d’irrigation, de concevoir des serres, etc… Ils peuvent critiquer les conditions dans lesquelles ont poussé les oranges israéliennes [territoires illégaux, occupation, j'en ai rien à secouer], mais il n’empêche qu’à partir du moment où un type crée les conditions de la fructification au milieu du désert, le pays devient riche. Et celui qui ne plante rien ne récolte rien. Tu sèmes, tu récoltes. Tu ne sèmes pas, tu ne récoltes pas.
    Si la Russie n’avait pas connu l’épisode révolutionnaire, il est probable qu’elle serait un bloc d’une puissance colossale. Des plaines fertiles à perte de vue, des ressources de minerai à foison,… Certes on considérait l’URSS comme une puissance économique mondiale rivalisant avec les USA, mais 1989 a révélé combien ce classement prestigieux marchait au bluff : concrètement les magasins étaient vides, les gens étaient rationnés, l’économie était archaïque, la Parti était une mafia d’aparatchiks, et tout marchait au système D arrosé de vodka.
    Comme je vous l’écrivais dans un autre commentaire : mettez du capitalisme dans un pays, il devient une puissance économique porteuse de prospérité [typiquement : la Chine d'aujourd'hui]. Mettez du socialisme dans un pays, il croupit dans le marasme.
    Mais ne vous méprenez pas : je ne suis pas là pour idolâtrer le capitalisme. Simplement je constate qu’il est un méthode qui marche DANS UNE CERTAINE MESURE pour vivifier un État. Vous allez me répondre « pillage des ressources », « pollution », « aliénation mercantiliste », et je serai complètement d’accord avec vous. C’est pourquoi j’ai écrit en majuscule « dans une certaine mesure ». Il apparaît clairement que le capitalisme lâché dans la nature finit par se retourner contre lui-même en faisant de très gros dégâts. Aussi gros que la Mer d’Aral, la contamination nucléaire des ports russes, le désastre écologique du Barrage des Trois Gorges, Tchernobyl et autres délires.
    PS : Alizée, j’espère que vous êtes toujours un peu amoureuse de moi, je serais très vexé que vous cessiez de m’admirer.

  9. CommentsSylvain Ortega   |  Mardi, 01 mars 2011 à 03:34

    « La richesse d’un pays est proportionnelle à la faculté qu’ont ses habitants à le mettre en valeur »
    Ca c’est d’une naïveté et d’une bêtise typique de la droite! « Y’a qu’à faire ci, ou ça »… Mais dans le monde normal, celui des gens de tous les jours, non M.Fromage, il ne suffit pas de travailler pour y arriver! Vous sous-entendez donc que les peuples pauvres, et les pauvres en général le sont parce qu’ils sont faignant? C’est le discours typique des exploiteurs et des privilégiés. Avec ce genre de discours, on annule toute solidarité, puisque les pauvres ne méritent finalement pas qu’on les aide!

    « pour des raisons diplomatiques dont je me fous complètement »
    Ah ben bravo, se foutre de la situation en Palestine, c’est assez incroyable…

    « Tu sèmes, tu récoltes. Tu ne sèmes pas, tu ne récoltes pas. »
    Ou bien, « tu sèmes, tu récoltes, et c’est un gros capitaliste qui encaisse le chèque, donc soit tu continues à semer et tu es un imbécile, soit tu fais la sieste ».
    Mais attention au réveil.

    « Si la Russie n’avait pas connu l’épisode révolutionnaire, il est probable qu’elle serait un bloc d’une puissance colossale. »
    Avec des « si », le blog de Fromage Plus serait un blog anticapitaliste de gauche…

    « Mettez du socialisme dans un pays, il croupit dans le marasme. »
    C’est pourtant ce même socialisme qui a sauvé la France d’une crise comparable a celle que connaissent l’Irlande et la Grèce: c’est grâce aux services publics!

    « Je ne suis pas là pour idolâtrer le capitalisme »
    Ah bon…

    « dans une certaine mesure »
    Vous êtes pourtant si extrémiste dans vos commentaires… un vrai Alain Madelin en couche culotte.

  10. Commentsfromageplus   |  Mardi, 01 mars 2011 à 18:11

    Sylvain,

    De la Mésopotamie au Japon médiéval en passant par les cités précolombiennes, les civilisations n’ont pas attendu les gros capitalistes à cigares pour devenir prospères !
    D’autre part, il n’est pas question de traiter les pauvres de fainéants, mais simplement d’observer que la richesse des pays riches ne leur tombe pas du ciel, ou d’un coup de baguette magique. La Corée du Sud est riche, et la Corée du Nord est un des pays les plus pauvres du monde. Pourquoi ? La Corée du Nord est-elle un désert de glace inexploitable ? Non : elle a mis en place un système socio-politique qui rend impossible la prospérité de ses habitants [dirigeants inclus, puisque tout le monde vit sous perfusion humanitaire]. Il existe donc des systèmes meilleurs que d’autres, des sociétés plus à même que d’autres de prodiguer des bienfaits à leurs membres. Je sais, c’est très très très mal de le penser car, c’est bien connu, officiellement toutes les cultures se valent.

    PS 1 : Sylvain, si je vous comprends bien, vous préférez vivre dans une société égalitaire pauvre plutôt que dans une société inégalitaire riche. C’est bien ça ?

    PS 2 : Oui, figurez-vous que le conflihisraélopalestinien m’indiffère à un point que vous n’imaginez même pas. Je n’en ai absolument RIEN à secouer. Qui est légitime, sur quel territoire, qui a tiré le premier, qui a dit merde à l’autre, qui a posé une bombe, qui s’est fait péter la bidoche au milieu de la veuve et de l’orphelin, qui est gentil, qui est méchant ; vraiment je m’en fous.

  11. CommentsSylvain Ortega   |  Mardi, 01 mars 2011 à 18:31

    La Corée du Nord vit sous embargo international depuis plus de 50 ans tandis que la Corée du Sud est aidée massivement par les États-Unis. Ne faites pas semblant de l’ignorer. La « perfusion humanitaire » du nord n’est rien comparée aux milliards offerts au sud pour qu’il se développe et fasse barage au communisme.
    Le résultat de cette politique est effectivement que le nord crève de faim et connait une dictature terrible, tandis que le sud est à peu près prospère (mais comme toute société capitaliste, de terribles inégalité sont présentes).

    « les gros capitalistes à cigares » remplacent les pharaons et les rois d’autre fois.

    « vous préférez vivre dans une société égalitaire pauvre plutôt que dans une société inégalitaire riche »
    Les pays les plus violents (Brésil par exemple) sont ceux où la différence de niveau de vie est la plus importante. Pourtant non, je ne veux pas la pauvreté pour tous, ce serait débile.

    Et enfin sur le « le conflihisraélopalestinien », perso si je ne suis ni antisioniste, ni sioniste, ni pro Hamas, ni pro Fatah, ce conflit m’intéresse, bien évidemment.

  12. CommentsAlizee S.   |  Mardi, 01 mars 2011 à 19:19

    « Tu sèmes, tu récoltes. Tu ne sèmes pas, tu ne récoltes pas. »
    Merci Fromageplus pour cette maxime hautement politique et philosophique… C’est une jolie phrase du soir, bonsoir…

    Petite remarque: tu sèmes, il y une saison mouvementée, le climat n’y est pas, le manque d’eau se fait sentir, l’engrais se fait rare: tu récoltes pas »…

    « [territoires illégaux, occupation, j'en ai rien à secouer] » vous vous contrefoutez du conflit israelopalestinien? …tss tss tss voyons voyons Fromage, qui se moque de qui là? En tout cas, si c’est la vérité, je crois que ça résume parfaitement votre magnifique personnalité et vos idéaux politiques tournés vers le respect, la liberté, la démocratie, l’amour d’autrui, la compassion, la tolérance et l’ouverture d’esprit!

    « PS : Alizée, j’espère que vous êtes toujours un peu amoureuse de moi, je serais très vexé que vous cessiez de m’admirer. » Je remarque surtout que contrairement à Sylvain, vous n’avez pas répondu à mon message et pas démonté mes arguments un à un.

    Permettez-moi de vous dire qu’à part vos talents d’argumentation, de réflexion et votre culture, tout le reste de vos idées (que je ne connais bien sûr qu’au travers de ces échanges) me débectent!

    Car finalement, si on ne parle que de politique, d’économie, de géographie, d’histoire, de culture, de capitalisme, de communisme, où quoi que ce soit, c’est bien parce que l’homme en est au centre. Et pas seulement l’homme blanc, ou l’homme riche, ou l’homme occidental, ou l’homme de pouvoir, ou l’homme intelligent, ou l’homme débrouillard, ou l’homme motivé… Mais bien l’Homme… Unique. Rien à branler de vos idées à la con, cela reflète le peu d’intérêt que vous avez pour vos congénères… que vous jugez si sévèrement, si violemment…et cela reflète aussi les écarts de jugement que vous faites entre les différents « hommes », comme si il y avait une échelle des pays, des hommes, quant à leur valeur ontologique d’homme…Aimez-vous Fromage? Si oui, votre cercle d’amour doit être très restreint pour montrer si peu d’égards pour votre prochain d’où qu’il soit et quoi qu’il fasse…

  13. Commentsfromageplus   |  Mardi, 01 mars 2011 à 19:52

    Sylvain,
    C’est tout de même incroyable. Vous trouvez le moyen de défendre la Corée du Nord – qui quand même un des pires régimes du monde contemporain – au prétexte que les méchants américains seraient une fois de plus dans le coup. Selon vous, s’ils crèvent de faim, c’est la faute des américains.
    La Corée du Nord vit dans la mouise parce que l’appareil politique adhère à une idéologie mortifère et la fait subir à tous ses habitants, c’est tout. C’est le cas de la CdN comme de TOUS les pays communistes, et l’embargo n’y change pas grand chose. Le fait qu’ils soit un pays « petit » ou enclavé n’y change pas grand chose non plus. L’URSS était un continent entier, et elle crevait de faim quand même. À vous lire, on croirait que la Corée du Nord subit son isolement, alors qu’elle l’a désiré et mis en place délibérément pour se protéger du Grand Satan Américain. Le rideau de fer soviétique a été mis en place délibérément par Moscou, pas par les américains. Et, que je sache, ce ne sont pas les américains qui privent les chinois de visas, de journaux ou d’internet. Ce ne sont pas les américains qui ont monté le mur de Berlin.
    Ne faites pas non plus semblant d’ignorer que la CdN, comme nombre de régimes socialistes ou de « républiques populaires », est un régime surmilitarisé qui saute sur le moindre dollar pour l’investir dans l’armement lourd plutôt que dans l’investissement agricole ; lui mettre la pression est une mesure diplomatique pour faire agenouiller le plus possible le régime et tenter de le désamorcer en faisant le moins de dégât possible.

    +++

    Croire que les inégalités sont sources de violence est une imposture intellectuelle totale. Ce qui crée la révolte n’est pas l’inégalité en soi, mais le sentiment de justice ou d’injustice. Les USA et la Chine possèdent un étonnant point commun : ce sont des sociétés TRÈS inégalitaires. Les USA se foutent de l’égalité en vertu de leur croyance pour le mérite et le self acomplishment, et les Chinois, malgré le communisme, ont fait émerger une société avec des inégalités de ouf comme vous n’en verrez jamais en France. Les deux pays possèdent donc des différences de niveaux socio-économiques immenses. Et encore, les rapports riches-pauvres sont encore plus brutaux en Chine qu’aux USA [je vous recommande d'y séjourner, c'est stupéfiant].
    Les chinois pauvres, comme les américains pauvres, ne nourrissent pas nécessairement de haine pour le Riche dans la mesure où la culture du pays veut que si l’on est à la place qu’on occupe, c’est parce qu’on la mérite. Le jour où les chinois voudront se révolter contre cette inégalité, c’est parce qu’ils jugeront que leur position est illégitime en regard de ce que l’État peur leur offrir. Or l’État n’a rien à leur offrir en raison de ses fondements culturels, donc ce n’est pas encore l’insurrection.
    Mon cher Sylvain, AUCUN système au monde ne fera disparaître la pauvreté, la misère, ou les inégalités sociales. AUCUN. C’est dans la nature des choses, même si ça vous chiffonne terriblement. Un bon gouvernement ne consiste pas à faire disparaître purement et simplement les inégalités, mais à les pacifier du mieux possible ! Ne confondez pas inégalité et injustice !

  14. Commentsfromageplus   |  Mardi, 01 mars 2011 à 20:27

    Alizée,
    Ma princesse, je vais répondre à vos arguments puisque vous me le demandez. Nota bene : Je ne vous garantis pas que je vais « les démonter un par un » bien que cela semble vous tenir à cœur.

    +++

    « L’Amérique est un pays des extrêmes et des paradoxes ». « Ils sont dans toutes les guerres ».
    Vous avez entièrement raison.

    « Pays créé sur un génocide »
    Vous êtes sûre que vous ne parlez pas de l’instauration de la république française dans les années 1790 ? Ou du Kampuchéa de Pol Pot ?

    « Ils ne protègent pas leurs malades »
    Faux : je n’ai pas le courage de vous copier coller les témoignages tout récemment publiés sur mon blog à ce sujet, notamment de la part de plusieurs résidents américains qui connaissent le sujet. En gros : c’est un gros cliché à la con, puisque tous les médecins du monde civilisé sont obligés de vous accueillir aux urgences et de vous soigner. La problématique réside essentiellement dans le financement des soins publics et/ou privés, et il semblerait que la vision européenne soit particulièrement manichéenne à ce sujet.

    « Les homos dans l’armée sont détruits »
    Ma princesse, l’armée est un milieu très dur, où l’on fait son métier de sa virilité. Tous les militaires du monde, qu’ils soient soldats de métier, guérilleros de fortune, mercenaires ultra-louches ou simple bande de rebelles armés, vivent dans le monde de la mort permanente, du sang, des traquenards, des pièges, de la torture, mais aussi de la loi du courage et de la camaraderie. Vous ne pourrez jamais empêcher ces gens de se définir dans le champ de la virilité « straight » et de mépriser tout ce qui ressemble à du pédé, réel ou fantasmé. Être un « vrai homme » est l’enjeu du guerrier. Mettez en doute la bonne constitution d’un homme de guerre, il va se fâcher tout rouge, voire pire. Alors bon, s’il y a quelques homos dans l’armée américaine, qu’ils gardent ça pour eux et se réjouissent de leur sort : dans n’importe quel autre pays où l’on rigole bien des « droits de l’homme », ils n’auraient pas survécu à leur bizutage.
    +++
    « Warhol, Pollock, rock, jazz… Bien sûr c’est magnifique mais c’est renier tout le reste… qui se fait dans des pays pauvres, où les priorités sont de manger… Et qui parviennent à créer des oeuvres incroyables, mais pas connues, car pas commercialisées par notre grand sauveur américain »
    Eh oui, si l’Occident est capable de produire du Pollock, du jazz, Chenonceau et Boccherini, c’est bien parce qu’il maîtrise parfaitement, et depuis des siècles, la Pyramide des Besoins – même s’il ne l’a jamais nommé ainsi avant le XXème siècle.
    Mais bon, vous avez parfaitement raison de le nuancer, puisque en effet les pays pauvres sont parfaitement à même de nous offrir des univers artistiques dignes d’intérêt. Nous aimons tous danser sur la bachata et le merengue dominicains, tout le monde connaît Amadou et Mariam, tout le monde connaît la scène musicale jamaïcaine [reggae, dub et les milliers de dérivés], etc.
    Il ne faut donc pas tout attendre de l’Amérique !

  15. CommentsAlizee S.   |  Mercredi, 02 mars 2011 à 15:25

    Ma princesse!?…
    et en plus vous êtes un énooorme macho myso…
    Je n’ai plus rien à vous dire.
    Vous allez beaucoup trop loin.
    PS: le génocide des amérindiens..ne faites pas l’idiot…

    « Alors bon, s’il y a quelques homos dans l’armée américaine, qu’ils gardent ça pour eux et se réjouissent de leur sort : dans n’importe quel autre pays où l’on rigole bien des « droits de l’homme », ils n’auraient pas survécu à leur bizutage »…
    MON DIEU! CES PROPOS! c’est grave…

  16. Commentsfromageplus   |  Mercredi, 02 mars 2011 à 17:04

    Alizée,
    C’est fou ce que vous êtes impressionnable ! Un rien vous effraye. Ma pauvre enfant, votre méconnaissance du milieu militaire est totale. Il est temps que je vous le dise : le monde est très dur, et les gens ne sont pas toujours gentils.
    Cliquez sur le lien ci-dessous, ça va vous endurcir un peu :
    http://www.google.fr/#q=russian+army+hazing&hl=fr&rlz=1W1GFRD_fr&prmd=ivns&source=lnms&tbs=vid:1&ei=P1luTbPtNM218QOs7Yz9Dg&sa=X&oi=mode_link&ct=mode&cd=3&ved=0CBAQ_AUoAg&fp=3add3a5f037c3e20

    [PS : je n'ai pas compris comment vous avez pu tirer cette conclusion que j'étais "un énoooorme macho", ni ce que signifie le mystérieux mot "myso". Si vous pouviez m'éclairer. Merci.]

  17. Commentsfromageplus   |  Mercredi, 02 mars 2011 à 17:20

    Aaah je crois que je viens de comprendre :
    « myso » = « misogyne ».
    J’ai bon ?
    Pfiou, déjà que vos raisonnements sont tordus, si en plus il faut faire le boulot de correcteur orthographique…

  18. CommentsSylvain Ortega   |  Jeudi, 03 mars 2011 à 17:07

    « Vous trouvez le moyen de défendre la Corée du Nord »
    Non, j’explique, je ne défends pas.

    Je vous l’ai dit plus haut, la gauche française désapprouve totalement cette militarisation et ce n’est quand même pas vous qui détestez les Droits de l’Homme qui allez en faire l’apologie?

    « lui mettre la pression est une mesure diplomatique pour faire agenouiller le plus possible le régime et tenter de le désamorcer en faisant le moins de dégât possible. »
    La politique américaine a renforcé les dictatures, c’est un fait.

    « Ce qui crée la révolte n’est pas l’inégalité en soi, mais le sentiment de justice ou d’injustice »
    L’inégalité est une injustice. Seul un privilégié peut l’ignorer.

    « si l’on est à la place qu’on occupe, c’est parce qu’on la mérite »
    On vous a trop fait apprendre par cœur votre catéchisme quand vous étiez petit, vous en avez perdu votre sens critique et répétez le catéchisme ultra-libéral sans vous poser de question. On en revient toujours au même point: pour vous, les pauvres sont des faignasses et les riches des bosseurs. C’est de l’idéologie pure et simple. La réalité est toute autre.

    « AUCUN système au monde ne fera disparaître la pauvreté, la misère, ou les inégalités sociales. AUCUN. C’est dans la nature des choses »
    Voilà, on y arrive… La pauvreté et les inégalités vous arrangent, comme tous les riches. La « nature des choses »… N’importe quoi. Nous n’avons pas les mêmes lectures.
    Vous ne voulez rien changer parce que vous ne voulez pas partager. Quel égoïsme! C’est ce qui fait la grosse différence entre la gauche et la droite: à gauche on y croit dur que les choses peuvent changer. Et puis on a pas le choix: le monde va droit dans le mur à cause de gens comme vous!

    « Être un « vrai homme » est l’enjeu du guerrier. »
    Ah bon? Moi je croyais que le rôle de l’armée était de protéger le peuple d’une agression…

    Vous qui n’aimez pas l’islamisme, vous êtes pourtant en accord sur de nombreux points, dont l’homophobie.

    Enfin, mauvaise idée d’avoir été macho avec Alizée. On est pas sur la réacosphère et les femmes ne sont pas soumises ici! Et puis, son cœur est déjà pris…

  19. Commentsfromageplus   |  Lundi, 07 mars 2011 à 20:12

    Mon bon Sylvain,
    J’insiste, encore, toujours, obstinément : l’inégalité n’est pas synonyme d’injustice.
    Les femmes ont la faculté de faire des enfants, mais pas les hommes. C’est une inégalité. Les femmes sont en moyenne plus petites que les hommes. C’est une inégalité. Les femmes sont cent fois plus présentes que les hommes dans l’œuvre artistique. C’est une inégalité. 100% des garagistes sont des hommes.
    Sont-ce pour autant des injustices ?
    Entrez dans un vieux bâtiment et observez une voûte : les colonnes, l’entablement, les voutains, la clef de voûte ; tous ces éléments sont furieusement inégalitaires : certains font le boulot ingrat [la fondation, le socle moche et cubique], d’autres sont l’objet de toutes les admirations [la clef de voûte et son ornement, qui scelle le travail de toutes les pierres situées en deçà]. Toutes les pierres travaillent à l’œuvre de la voûte, mais certaines sont nobles et souveraines [colonne cannelée, clef de voûte], d’autres travaillent dans l’obscurité de la terre ou dans l’anonymat de leur forme banale. Pourtant, toutes sont indispensables. Elles travaillent de façon terriblement inégalitaire, mais toutes travaillent avec la même justice : former une voûte, tous ensemble, sans oublier la moindre des pierres. On peut critiquer une pierre de fondation, cachée des regards, sans doute mal taillée, enfouie sous les murs, mais s’il manque cette pierre, tout s’effondre.
    Avec des pierres toutes semblables, on ne construit rien capable de s’élever.
    [Oui, je suis parfois poète. Lisez Saint-Exupéry, ça inspire.]
    +++
    Autre chose : vous confondez la dynamique de l’individu et la dynamique du groupe.
    Un militaire n’est pas une armée.
    Un militaire heureux dans son métier ne plaisante pas avec une certaine virilité, car c’est son métier d’être un homme. Être un homme = être loyal, être fidèle à son engagement et à son pays, être courageux, se battre pour les autres, se jeter dans le combat, flancher le moins possible, rester debout physiquement ou moralement au milieu de la tempête.
    L’armée, dans l’absolu, se fout complètement de l’état d’âme de ses soldats, pourvu que les moyens soient à la hauteur de la mission, et qu’on ne traite pas les hommes comme des chiens. Dans la mesure, bien entendu, où la guerre ne rend pas les hommes chiens, mais c’est encore un autre débat.
    +++
    Je veux bien participer à tous les changements du monde, mais jamais vous ne m’embarquerez dans le projet de changer l’Homme. Depuis des millénaires, les hommes sont tous différents, et s’obstinent à naître différents. Certains sont petits, d’autres grands ; certains sont enclins à la jalousie, d’autres au pardon ; certains aiment la cruauté, d’autres préfèrent la tendresse. Et tant que cela durera, ce sera le signe que l’Homme continue à être un Homme, malgré tout. Sylvain, vous attendez de l’Homme que tous ses représentants soient semblables et unanimement portés vers le même projet. C’est impossible, mon lapin. D’autant que vous oubliez encore un détail : sur le curseur qui court depuis La Liberté jusqu’au Confort, vous aurez autant de choix qu’il y a d’hommes sur terre. Certains préfèrent sacrifier leur liberté pour vivre dans le confort (Sécurité Sociale, prise en en charge par l’État, consommation passive de la télévision, aliénation dans la société de consommation,…], d’autres préfèrent sacrifier leur confort pour continuer à vivre libre. N’oubliez pas non plus cette notion de « servitude volontaire », qui prouve combien le genre humain est capable de se soumettre en silence à tout ce qui met en péril ses velléités pacifistes. La guerre n’est ni un bien ni un mal : elle est légitime quand un peuple estime que c’est son dernier recours pour sauver sa liberté. Et la Paix peut très vite se révéler comme un terrorisme sourd visant à contraindre les gens à s’écraser sous la botte d’un pouvoir écrasant [le communisme, comme le tittytainment] quand elle devient une idéologie en soi.

  20. Commentsfromageplus   |  Lundi, 07 mars 2011 à 20:17

    Et je n’ai toujours pas compris d’où vous avez sorti que j’étais « homophobe », c’est à dire atteint de la phobie des homos. Je vais très bien, merci. Gardez vos diagnostics psychiatriques pour vous.
    Je n’ai pas compris non plus ce que j’avais de « macho » ou de « misogyne ». Aurais-je prié Alizée d’aller faire la vaisselle et le ménage plutôt que de surfer sur le web ?

  21. CommentsAlizee S.   |  Lundi, 07 mars 2011 à 20:42

    Mon pauvre petit Fromage…
    J’en ai vraiment ras-le-bol de votre condescendance et vos faux sarcasmes…

    « Aurais-je prié Alizée d’aller faire la vaisselle et le ménage plutôt que de surfer sur le web ? »
    Le simple fait de dire ça, prouve votre machisme…vous vous êtes vendu… C’est totalement ironique…soit vous vous en rendez bien compte et vous êtes très malsain, soit vous ne le remarquez pas, et dans ce cas là vous êtes juste idiot..

    Et a partir de maintenant, faudrait-il relever toutes vos fautes d’orthographes?!! Myso …Miso…oui…mais vous avez compris tout seul comme un grand…
    Vous m’appelez « ma princesse » je ne vous vois pas affubler les autres mâles de tels sobriquets…c’est très dégradant et excessivement discréditant… et c’est un surnom que je n’autorise uniquement dans la bouche de celui que j’aime (et encore!)

    « Alors bon, s’il y a quelques homos dans l’armée américaine, qu’ils gardent ça pour eux et se réjouissent de leur sort : dans n’importe quel autre pays où l’on rigole bien des « droits de l’homme », ils n’auraient pas survécu à leur bizutage »
    Je répète: ceci est à tendance homophobe, clairement, et si vous ne le voyez pas..c’est que vous êtes d’autant plus atteint. Rien à voir avec un diagnostic psychiatrique mais juste un constat basique…

    et enfin, vous ne me connaissez absolument pas, je ne suis pas du tout impressionnable, je connais très bien le milieu militaire, je connais parfaitement la cruauté et la dureté du monde en général… Et je vous emmerde…

    Maintenant, passez à autre chose… arrêtez avec les trucs personnels, vous concernant, me concernant, concernant qui que ce soit… restez dans le débat… point

    Et arrêtez de me parler, le débat avec des gens comme vous (non pas pour le fond (vos propos sont intéressants et portent à débat) mais pour votre manière de faire, de dire, d’écrire) ne m’a jamais apporté, et n’apporte rien à qui que ce soit…

    On m’a appris à me défendre… Mais, au bout d’un moment, on m’a aussi appris à passer à autre chose…

    Donc en conclusion: Vive le cinéma!!! Vive Solidarnosc!!!
    ALL THAT I LOVE!!!! :) )

  22. CommentsAlizee S.   |  Lundi, 07 mars 2011 à 20:50

    Ah oui et juste…
    Rien que pour ça:

    « Il est temps que je vous le dise : le monde est très dur, et les gens ne sont pas toujours gentils.Cliquez sur le lien ci-dessous, ça va vous endurcir un peu :
    http://www.google.fr/#q=russian+army+hazing&hl=fr&rlz=1W1GFRD_fr&prmd=ivns&source=lnms&tbs=vid:1&ei=P1luTbPtNM218QOs7Yz9Dg&sa=X&oi=mode_link&ct=mode&cd=3&ved=0CBAQ_AUoAg&fp=3add3a5f037c3e20 »

    Je voulais vous dire que vous étiez une pauvre tâche…
    Réfléchissez un peu…

  23. Commentsfromageplus   |  Mardi, 08 mars 2011 à 00:10

    Alizée,
    Allez, si vous voulez, je vous offre un café pour vous prouver que je peux aussi être gentleman. J’habite en Presqu’île, faites-moi signe.

  24. CommentsAlizee S.   |  Jeudi, 10 mars 2011 à 18:26

    ??

  25. Commentsfromageplus   |  Vendredi, 11 mars 2011 à 01:56

    Signe typographique, donc. C’est toujours ça.